Tlemcen
Tlemcen.
Tlemcen.
Noms
Nom arabe تلمسان
Nom berbère ⵜⴰⵍⴰ ⵉⵎⵙⴻⵏ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Oranie
Wilaya Tlemcen
Daïra Tlemcen
(chef-lieu)
Président de l’APC Abdellawi salih
2012-2017
Code postal 13000
Code ONS 1301
Indicatif 043
Démographie
Gentilé Tlemcénien(ne)
Population 140 158 hab. (20081)
Géographie
Coordonnées 34° 53′ 24″ nord, 1° 19′ 12″ ouest
Altitude Min. 842 m
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tlemcen
Localisation de la commune dans la wilaya de Tlemcen

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie

City locator 14.svg
Tlemcen

Tlemcen (en arabe : تلمسان, — du tamazight : ⵜⴰⵍⴰ ⵉⵎⵙⴻⵏ, Tala Imsen, تالا يمسان : « la source tarie »2) est une commune de la wilaya de Tlemcen, dont elle est le chef-lieu. Elle est située au nord-ouest de l’Algérie, à 520 km à l’ouest d’Alger, à 140 km au sud-ouest d’Oran et, proche de la frontière du Maroc, à 76 km à l’est de la ville marocaine d’Oujda. La ville est érigée dans l’arrière-pays, est distante de 40 km de la mer Méditerranée.

Ancienne capitale du Maghreb central 3, la ville mêle influences berbère, arabe, hispano-mauresque, ottomane et occidentales4. De cette mosaïque d’influences, la ville tire le titre de capitale de l’art andalou en Algérie5. Selon l’auteur Dominique Mataillet, divers titres sont attribués à la ville dont « Perle du Maghreb »6, « Grenade africaine » et «  Médine de l’Occident »7.

Sommaire

  • 1Géographie
    • 1.1Situation
    • 1.2Relief
    • 1.3Climat
    • 1.4Transports
    • 1.5Localités
  • 2Toponymie
  • 3Histoire
    • 3.1Préhistoire
    • 3.2Antiquité
    • 3.3Période des dynasties islamiques
      • 3.3.1Période zianide
      • 3.3.2Relation avec l’Andalousie et Reconquista
    • 3.4Période ottomane
    • 3.5Colonisation française
    • 3.6Indépendance
  • 4Démographie
    • 4.1Évolutions
    • 4.2Pyramide des âges
  • 5Éducation
  • 6Culture
    • 6.1Musique
    • 6.2Musées
    • 6.3Monuments et sites
    • 6.4Littérature
    • 6.5« Tlemcen 2011, capitale de la culture islamique »
  • 7Économie
    • 7.1Artisanat
    • 7.2Tourisme
  • 8Vie quotidienne
    • 8.1Sports
    • 8.2Santé
    • 8.3Parcs et jardins
    • 8.4Les mariages à Tlemcen
  • 9Relations internationales
  • 10Personnalités liées à Tlemcen
  • 11Notes et références
  • 12Voir aussi
    • 12.1Articles connexes
    • 12.2Bibliographie
    • 12.3Lien externe

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Tlemcen est situé au centre de sa wilaya.

Communes limitrophes de Tlemcen
Hennaya Chetouane Chetouane
Mansourah Tlemcen Chetouane
Mansourah Terny Beni Hdiel Aïn Fezza

Relief[modifier | modifier le code]

Occupation du sol dans la commune.

Plan de la ville de Tlemcen et son agglomération.

À 140 km au sud-ouest d’Oran, au pied du djebel Terni, apparaît Tlemcen, enserrée entre les villages d’El Eubbad à l’est et de Mansourah à l’ouest. La ville, située sur un replat calcaire à 800 m d’altitude, est adossée au sud du plateau rocheux de Lalla Setti. Elle domine les plaines de la Tafna et de Safsaf.

La haute plaine de Tlemcen apparaît ainsi comme un vaste piémont étalé en éventail, à la base des montagnes méridionales. Les eaux descendues parfois en cascades des hauteurs, la fertilité du terroir, les mélanges des sols, la densité des arbres lui donnent le nom imagé de bocage tlemcenien. Là y alternent vergers, oliveraies, jardins potagers et vignobles.

Climat

Cet agencement géologique sert de couloir à l’air marin qui tempère la rigueur des hivers et la chaleur des étés. La région de Tlemcen s’inscrit comme un îlot arrosé au milieu des zones semi-arides de la Moulouya marocaine à l’ouest, de Sidi Bel Abbès et Mascara à l’est et d’El Aricha au sud.

Nuvola apps kweather.png Données climatiques à Tlemcen.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5 7 8 10 12 16 19 20 18 13 10 7 12
Température moyenne (°C) 10 12 13 15 18 22 25 26 24 19 15 12 17
Température maximale moyenne (°C) 15 16 18 20 23 27 31 32 30 24 20 16 23
Source : Weatherbase, statistiques sur 12 ans8.

Transports[modifier | modifier le code]

Lignes téléphériques

Tlemcen est desservie par l’aéroport international de Tlemcen – Zenata – Messali El Hadj situé à 22 km au nord-ouest de la ville.

La ville dispose d’un téléphérique, inauguré en 2009, qui relie les quartiers ouest de la ville au plateau de Lalla-Seti, à plus de 1 200 m d’altitude ; il est très fréquenté durant le week-end par les familles9 en quête de divertissements.

Tlemcen est reliée à l’autoroute Est-Ouest, longue de 1 216 km, dont elle est proche de l’extrémité occidentale. Elle permet de relier Tlemcen à Annaba, ville située à son extrémité orientale, en 10 heures de route10.

Le transport ferroviaire connaît un nouveau développement depuis le début des années 1990, notamment par la mise en circulation d’un train interurbain reliant Tlemcen à Sabra et qui assure aussi le transport estudiantin. Le transport ferroviaire est marqué, dans les années 2000, par la reprise de la ligne ferroviaire de transport de voyageurs entre Oran et Tlemcen via Sidi Bel Abbès et la réouverture de la ligne reliant Tlemcen à Maghnia11. Ces embranchements sur le réseau ferroviaire ont facilité le transport des marchandises et des produits des secteurs économiques de Tlemcen mais également d’Ouled Mimoun, Maghnia et Ghazaouet12.

Localités[modifier | modifier le code]

Mairie

En 1984, la commune de Tlemcen est constituée à partir des localités suivantes13 : Tlemcen, Abou Tachefine, Sidi Boumédiène, Kiffane Nord, Koudia et Boudghène.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Tlemcen.

Selon une première hypothèse, le nom de Tlemcen proviendrait du mot berbèreTilimsan, agglutination des deux mots telem et sin signifiant selon Ibn Khaldoun« composé de la terre et de la mer »14 ; le mot est cité pour la première fois par Tabari qui mentionne Tlemcen en parlant des Banou Ifren14. Quant à Yahya Ibn Khaldoun, il indique que Tlemcen signifierait « le Désert et le Tell »14.

Selon une autre hypothèse, le nom de Tlemcen signifierait « sources ou poches d’eau captées »15 , en langue berbère Tala Imasen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Histoire de l’Algérie.

Préhistoire

La proche région de Tlemcen a été habitée à l’époque néolithique, ce dont témoigne la découverte en 1875 par G.M. Bleicher de haches polies dans les grottes de Boudghène. En 1941, M. Estaunié[Qui ?] a mis au jour, à Bab El Qarmadin, un magnifique polissoir néolithique actuellement conservé au musée de la ville.

Il existe trois gisements préhistoriques importants dans la région : le lac Karar à km au sud de Remchi, les abris sous roches de la Mouilah à km au nord de Maghnia et le gisement dit « d’Ouzidan » à km à l’est d’Aïn El Hout. Les abris de la Mouilah et de Boudghène présentaient les meilleures conditions d’habitat pour l’homme préhistorique qui s’y est fixé durablement.

Antiquité

Localisation des cités romaines de l’Afrique romaine

Pierre tombale romaine à la base du minaret d’Agadir

Vers 17 apr. J.-C., Tacfarinas soulève toutes les tribus gétules (zénètes)contre la présence romaine ; il meurt dans la région.

À la fin du iie siècle, au début de l’ère sévèrienne, un castrum romain est installé sur un piton rocheux qui domine la plaine de Chetouane (anciennement Négrier). Son nom de Pomaria signifie « vergers » en latin, sans doute en référence à la plaine fertile qu’il domine. Ce camp, qui est créé en même temps qu’Altava et Numerus Syrorum, avait pour rôle de surveiller les confins de la Maurétanie. C’est l’acte de naissance d’une cité qui va jouer un rôle religieux puisqu’elle devient le siège d’un diocèse chrétien : l’évêque Victor, qui y officie, joue un rôle important au concile de Carthage de 41219.

En 429, les Vandales, un peuple germanique venant d’Andalousie, débarquent à l’embouchure de la Moulouya et s’emparent de la Maurétanie, mais ils ne contrôlent que la côte ; une principauté berbère s’érige autour de Pomaria, qui prend alors le nom berbère d’Agadir qui signifie « rocher » ou « fort ». On connaît peu de choses de cette période de l’histoire d’Afrique du Nord. C’est une période caractérisée par l’apparition de principautés berbères dirigées par des seigneurs locaux. Elle dure 120 ans, jusqu’à ce que les Romains revenus d’Orient reprennent le pays19.

Les seuls vestiges connus de cette époque sont des pierres tombales enchâssées dans la structure du minaret d’Agadir.

Les Arabes, qui s’étaient installés à partir de 670 en Tunisie, arrivent à Agadir-Tlemcen en 710 et convertissent, en 80 ans la quasi-totalité de la population à l’islam.

Période des dynasties islamiques[modifier | modifier le code]

Article général Pour des articles plus généraux, voir Ifrenides et Royaume sufrite de Tlemcen.

Drapeau ifrenide

Selon Ibn Khaldoun20, la région est avant l’arrivée des Omeyyades le royaume des Zénètes, dont les Banou Ifren et les Maghraouas, des tribus qui mènent une vie pastorale et rurale. Le même auteur signale que les Maghraouas ont été les premiers Berbères à discuter avec le calife Othmân ibn Affân lors de l’avènement de l’islam ; Ouezmar Ibn Saclabfut leur premier ambassadeur auprès du calife qui le désigne pour gouverner les Zenètes.

Toujours selon Ibn Khaldoun, à la suite d’Ibn al Raqiq, Tlemcen est conquise par Abou el Mohajir Dinar, successeur de Oqba. En souvenir de ce passage, une source porte encore le nom d’Aïn el Modjir à l’époque d’Ibn Khaldoun qui vécut un temps à la cour des souverains de Tlemcen au xive siècle.

La ville joue un rôle important lors de la conquête de la péninsule Ibérique puisque c’est dans cette ville que Tariq ibn Ziyad retient en otage les enfants du comte Julien21.

De 767 à 776, avec à leur tête Abou Qurra qui rassemble toutes les tribus kharidjites du Maghreb, les Banou Ifren d’obédience sufrite20 prennent une part active à la révolte kharidjite qui secoue l’Afrique du Nord peu après le début de son islamisation. Il ne reste comme vestige de cette période que le nom d’une porte occidentale de la ville, appelée Bab Abu Qorra (aujourd’hui Qorrane) mais c’est à l’occasion de cet épisode historique que la cité entre dans l’Histoire du Maghreb22.

En 790, Idrîss Ier obtient de Mohammed Ibn Khazar, émir des Zénata, la possession de la cité et, après un séjour de quelques mois pendant lequel il pose les fondements de la mosquée-cathédrale, reprend la route du Maghreb el-Aksa (actuel Maroc), installant son frère Muhammad Ibn Soulayman comme gouverneur à Agadir. Les Idrissides y règnent durant 140 ans, de 790à 93123. Sous les Idrissides, la ville se dote d’une enceinte défensive qui s’ouvre par cinq portes. Al-Bakri la décrit comme « une grande ville qui possède des bazars, des mosquées, des moulins et même une église fréquentée par les chrétiens. Elle est un point de réunion pour les marchands de tous les pays et n’a jamais cessé d’être la demeure des hommes savants dans la loi et la tradition… »21.

En 931, l’allié des Fatimides, Moussa Ibn Abi el-Afia, marche sur Agadir et détrône le gouverneur idrisside, El-Hassen fils de Abu el-Aich. Les Fatimides règnent durant 24 ans, jusqu’en 955. Agadir est alors enlevée par les troupes omeyyades d’Abd al-Rahman III, calife de Cordoue. L’Ifrénide Yala Ibn Mohamed, maître du pays des Zenata, obtient du souverain le gouvernement de la cité24, mais il est tué par Jawhar al-Siqilli, chef des Fatimides, ce qui provoque un conflit dans toute la région de Tlemcen. Les Maghraouas et les Banou Ifren s’unissent alors contre les Zirides, vassaux des Fatimides. Cette union des Zénètes leur permet de rester souverains dans l’Ouest du Maghreb.

Mais Ziri Ibn Attia, chef des Maghraouas, fait alliance avec les Zirides, ce qui provoque la réaction de Yeddu des Banou Ifren qui fait la guerre aux trois puissances du Maghreb : les Maghraouas, les Zirides et les Omeyyades. Yeddu est toutefois vaincu par Ziri Ibn Attia25 qui conquiert les villes de Fès, Salé, Oujda, Oran, Tanger, Tiaret, etc. Les Maghraouas et les Banou Ifren chassent les Berghouata et s’emparent d’une partie du Maroc actuel, prenant Fès comme capitale. Agadir-Tlemcen perd alors son titre.

Les Banou Ifren sont attaqués par la coalition des Hammadides et des Hilaliens en 105826, qui l’emportent. Abu Soda des Banou Ifren de Tlemcen est le dernier commandant des troupes zénètes à tenir tête aux attaques de cette coalition26. Après sa défaite, presque tout le Maghreb passe sous contrôle des Hilaliens et du reste des Hammadides.

En 1080, avec l’installation des Almoravides, le site de la ville est déplacé plus à l’ouest : c’est Tagrart qui devient, après Marrakech, la seconde capitale de l’empire almoravide. C’est à cette période que l’on commence à employer le nom de Tilimsàn. La nouvelle ville annexe Agadir au cours de son expansion. La ville connaît une certaine dynamique urbanistique sous les Almoravides : c’est durant cette période qu’est érigée la Grande Mosquée fondée par Ali Ben Youssef27.

Au xiie siècle, un changement de population a lieu. Entré à Tagrart tel un conquérant en 1145, après avoir détruit ses remparts, Abd al-Mumin ruine la cité et fait massacrer ses habitants. Il relève ensuite les murs et invite d’autres populations à s’y fixer24. Les Almohades fortifient Tagrart et Agadir ; l’une est habitée par les officiels, l’autre par le peuple28. Tlemcen, de par son rôle stratégique, devient un chef-lieu de province. Les Almohades, qui y frappent leur monnaie, édifient des châteaux, de grandes maisons, des palais et de solides remparts, des foundouks et un port à Honaïne pour le commerce transafricain et méditerranéen. À cette époque, Tlemcen est un pôle commercial de premier plan et la capitale du Maghreb central5.

Période zianide[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Zianides.

Mechouar de Tlemcen construit par les Zianides

En 1235, elle devient la capitale du royaume zianide qui s’étendit au xive siècle, la position de la cité zianide rendait son séjour agréable et favorisait son activité commerciale. Bâtie à mi-hauteur d’une pente (806 m), au milieu des vergers qui lui avaient valu son nom latin, elle présentait tant de charmes qu’un écrivain arabe la comparait à « une jeune fiancée sur son lit nuptial ». Elle commandait le carrefour de plusieurs grandes voies, surtout de celles qui conduisaient des ports de Honaïne (à 36 km. à l’Est de Maghnia) et d’Oran au Tafilelt28.

Le royaume de Tlemcen, connaît un destin hors du commun. Ce royaume berbère (amazigh) est d’abord dirigé par Yaghmoracen Ibn Zian, de la dynastie Zénète des Abdalwadides pour un règne qui va durer près de cinquante ans.

Yaghmoracen Ibn Zian prend Tlemcen et fait construire une grande mosquée. Son règne est rapporté par Ibn Khaldûn, qui mentionne des anecdotes à son sujet. Ainsi, le roi qui est décrit comme magnanime se riait des généalogistes qui voulaient le faire descendre du prophète Mahomet, et devant ceux qui voulaient inscrire son nom sur un minaret qu’il avait fait élever à Tlemcen, il répondit dans la seule langue qu’il connaissait, le berbère : « Dieu sait » (Issen Rebbi)29.

Minaret des ruines de Mansourah, mosquée bâtie sous le sultan mérinide Abou Yacoub, porte

En 1370, Ibn Khaldûn est venu se réfugier chez le sultan Zianide de Tlemcen, Abou Hammou Moussa II, alors qu’une guerre éclate entre la cité et Fès. Il y assume les fonctions de grand vizir de la cour, l’un des plus hauts postes qui lui aient été attribués, et prend en charge une mission à Biskra, en vue de recruter des soldats parmi les tribus arabes des Dhawawidas. Son séjour à Tlemcen constitue ainsi une étape très importante dans sa vie. Durant ses différents passages à Tlemcen, il enseigne aussi dans la médersa Khaldouniya, située dans le quartier d’El Eubad à proximité de la mosquée de Abou Madyane et considérée comme un joyau architectural30.

À son apogée, au xve siècle, cet État contrôlait un territoire allant de l’Atlas à l’actuelle Tunisie. Il attirait les savants et les artistes de toutes parts. Cette ville était aussi un centre d’études musulmanes, qui comptait cinq médersas renommées. Les Tlemceniens admiraient Sidi Wahhab, qui fut le compagnon du prophète et qui, venu à la suite de Oqba avait été enterré dans la ville ; Sidi Daoudi, le grand saint du xe siècle et surtout Abou Madyane, le célèbre mystique andalou du xiie siècle.

« Tlemcen, écrit un auteur arabe du xive siècle, est la patrie d’une foule d’hommes de bien et d’honneur, de personnes sûres et respectables, de gens honnêtes et religieux…. Pour la plupart, les habitants de Tlemcen s’adonnent à l’agriculture et à la fabrication des haïks en laine ; ils excellent dans la confection des vêtements fins…. C’est ce qui a valu aux Tlemceniens la réputation dont ils jouissaient jadis et qu’ils ont encore à présent31.

Les produits de l’industrie tlemcenienne sont vendus sur les marchés les plus reculés de l’Orient et de l’Occident. Ajoutez à cela que Tlemcen est une pépinière de savants réputés pour leur enseignement remarquable, et de saints bien connus pour leur profonde piété32. » . Au début du xvie siècle, Léon l’Africain insistait sur la loyauté renommée des commerçants de Tlemcen28. La société tlemcénienne était « polie, dévote et cultivée », d’après Georges Marçais.

Relation avec l’Andalousie et Reconquista[modifier | modifier le code]

Patio de l’hôtel zianide

Tlemcen eut des échanges divers avec l’Espagne musulmane par des échanges et apportera aides militaires contre la Reconquista Chrétienne. Les Nasrides signent des traités de paix avec les souverains Zianides de Tlemcen, ils deviennent alors alliés un temps contre la Couronne d’Aragon et les Mérinides qui furent précédemment les alliés des Nasrides33.

Plusieurs sultans de Tlemcen furent élevés dans les cours d’Al-Andalus, comme le quatrième roi de la dynastie des Banou Abdelouad, Abou Tachfin fils d’Abou Hammou, élevé à la cour Nasride de Grenade où il recevra son initiation princière au palais de l’Alhambra. Tlemcen est restée longtemps une ville amarrée à l’Andalousie décrite et chantée par ses poètes. Les habitants des deux capitales avaient beaucoup d’affinités et partageaient les mêmes traditions dans l’habillement, l’art culinaire enfin, le parler avec ses inflexions particulières communes34.

Les poètes andalous, Ibn Khafadja, Lissan Eddine Ibn el Khatib, le soufi Mahieddine Ibn Arabi de Murcie témoigneront chacun de sa beauté, la comparant souvent à Grenade. Tout comme les poètes, les princes zianides feront également des séjours fréquents en Andalousie. Honaïne le port de Tlemcen, était distant de Murcie de deux jours de bateau seulement, ce qui la rendait très proche par mer et plus que d’autres villes dans le Maghreb, de Murcie. Cette proximité rendait plus ou moins facile les échanges entre Tlemcen et Grenade les deux capitales zianide et nasride au destin commun né, qui, rappelons-le, au même moment, sur les décombres de l’ancien empire almohade au xiiie siècle s’y sont taillés des royaumes. Le grand poète tlemcenien Ibn el Khamis (xiiiie siècle) passa plusieurs années de sa vie à Grenade où il mourut35. Cette relation perpétuelle entre les deux capitales, a fait de Tlemcen la jumelle africaine de Grenade.

Carte ottomane du xviiie siècleillustrant la région de Tlemcen.

L’influence andalouse s’accentua au xiie siècle, lorsque la reconquête dirigée par les rois chrétiens et achevée par les Rois Catholiques fit refluer sur l’Afrique du Nord les Moros (maures) qui sont à l’origine de ces communautés andalouses qui ont gardé les clés de leurs maisons abandonnées en Andalousie mauresque, ainsi que leur connaissance, genre musical et poétique. L’arrivée de ces Andalous raffinés et industrieux va d’ailleurs aider Tlemcen à s’ériger en vraie capitale arabo-musulmane avec ses palais, ses mosquées, ses médersas, ses foundouks, son commerce transsaharien et méditerranéen et, enfin, une riche vie de cour à l’intérieur du Méchouar et où les musiciens avaient une place d’honneur autant que les poètes et les artistes35.

D’après l’historien tlemcenien Al-Maqqarî, après la chute de Grenade, de nombreux membres du clan Bannigas ont abjuré l’Islam et ont ainsi formé le noyau de la famille chrétienne des Venegas, cela-dit, d’autres membres du clan ont gardé l’islam pour religion et se sont réfugiés à Oran. Quant à Boabdil, il est allé vivre à Fès avec certains membres de sa famille, d’autres sont venus à Tlemcen, comme son oncle Mohammed XIII az-Zaghall36,37. où il sera enterré dans la nécropole royale zianide de Sidi Brahim. Sa pierre tombale sera découverte en 1848, elle fut présentée pour la première fois à l’Exposition universelle de Paris de 1889.

À Tlemcen, un nombre relativement important d’Andalous et de Morisques y trouveront la paix, dont de nombreux juifs, fuyant l’inquisition des Rois Catholiques pendant la Reconquista. Avec ces exodes, c’est une partie de la mémoire andalouse qui va également émigrer dans cette ville. Elle sera, l’une des héritières d’Al-Andalus de par son art de vivre et de ses legs philosophiques et artistiques5. L’Histoire de Tlemcen signale que dans cette ville 50 000 Andalous38, venus du royaume de Cordoue, trouvèrent asile; on reconnaissait autrefois leurs descendants à leur costume particulier, plein d’élégance et de faste, et surtout à leur large ceinturon de soie aux couleurs chatoyantes ; de même qu’on reconnaît leurs maisons de style mauresque, avec le patio formé de galeries à arcades, les vasques à jet d’eau, les parterres de jasmins et de giroflées35.

Dans le langage de la ville se mêlent des mots comme rojo/a, moreno/a, cuadra, barato, gusto, falta, miseria, etc39, emprunts linguistiques permis par les brassages de populations du pourtour méditerranéen consécutifs aux « conquêtes, migrations et exodes »40.

Période ottomane[modifier | modifier le code]

Vue de Tlemcen au xviiie siècle

Avec le xvie siècle et l’effondrement de la dynastie zianide, la ville entre en décadence, passant des 100 000 habitants au moment de son apogée, à des chiffres variant selon les auteurs de 7 000 ou 8 000 habitants41 à plus de 10 000 habitants42dans la période pré-coloniale (entre 12 000 et 14 000 au début du xixe siècle43), puis à 6 000 au moment de la conquête coloniale44.

En 1516, le souverain zianide Abou Abdallah Mohamed II meurt sans laisser de successeur, ce qui engendre des conflits dans la dynastie. Son oncle Abou Hammou Moussa III devient souverain, après avoir attaqué et mis en prison l’émir Abou Zeyane, frère ainé du défunt roi. Il s’allie aux Espagnols, ce qui provoque l’hostilité de la population qui appelle à son secours le fameux Arudj Barberousse. Accueilli en libérateur, il rétablit Abou Zeyane sur le trône. Abou Hammou Moussa prend alors la fuite et demande asile et vengeance aux Espagnols basés à Oran45.

Ces derniers s’emparent de la Kalâa des Beni Rached et tuent Ishaq, un frère d’Aroudj. Ils attaquent ensuite Tlemcen sous le commandant de Dom Martin d’Argote, qui avait ramené avec lui les contingents musulmans restés fidèles à Abou Hammou Moussa. Pendant une courte durée, la ville passe sous la souveraineté du gouverneur espagnol d’Oran puis sous la domination d’Arudj Barberousse qui est fait prisonnier à Tlemcen en 1518 puis tué.

La cité devient ottomane en 1553, après que le dernier roi zianide, Moulay Hassan, se réfugie à Oran45. Les Ottomans ne font pas de Tlemcen le siège d’un beylicat46, les villes de Mazouna, Mascara et enfin Oran, reprise aux Espagnols au xviiie siècle, la remplaçant comme capitale de l’Ouest algérien3. Tlemcen donne à la régence d’Alger et à l’Empire ottoman un beylerbey, en la personne de Youssef Pacha[Contradiction avec l’article : Liste des gouverneurs de la Régence d’Alger, section Beylerbeys], gouverneur de la ville.

Les Kouloughlis, à côté de la population autochtone de souche citadine dite Hadar, forment la majorité de la population. Ils ont leur propre divan et perçoivent l’impôt de zones délimitées qui constituent leur « État » personnel47. Tlemcen demeure un siège d’une grande activité artisanale et commerciale, la ville avait plus de 500 métiers à tisser, tous les métiers et tous les commerces sont répartis entre diverses places et rues48.

Colonisation française[modifier | modifier le code]

Ancienne gravure de Tlemcen

Après la chute d’Alger en 1830 et le début de la conquête de l’Algérie par la France, le souverain chérifien souhaite s’emparer de la ville mais les habitants se défendent pour le compte des Ottomans puis des Français. Les Marocains se retirent finalement de la ville devant l’émir Abd el-Kader49. Après l’expédition de Mascara en 1834, la ville est conquise en 1836 par le maréchal Bertrand Clauzel qui impose un impôt aux habitants49.

Par le traité de Tafna, la ville devient en 1837 l’une des capitales de l’État d’Abd el Kaderavant d’être définitivement occupée par les Français en 184249. Elle devient alors chef-lieude la cinquième division militaire d’Oran et se voit dotée d’un sous-préfet en 185849.

Durant cette période, la ville est marquée par un exode de sa population qui préfère s’expatrier à l’étranger, notamment vers la Syrie, la Turquie et le Maroc, que de rester sous domination coloniale. Ainsi, une importante communauté s’implante à Fès et forme, avec des Algériens d’origines diverses, une communauté privilégiée, administrée par un naqib tlemcenien. L’activité commerciale de la ville décline alors au profit de la ville d’Oran50. D’après Kamel Kateb, à l’instar d’autres villes algériennes, Tlemcen a connu un déclin de sa population indigène, et ce n’est qu’en 1891 qu’elle a retrouvé son effectif de 183051. La population évolue sur toute la période de la colonisation de 5 000 habitants en 1842 à 73 000 habitants en 1954 et 82 500 habitants en 196052.

Cependant, la colonisation bouleverse moins la structure sociale de la ville qu’elle ne l’a fait dans la plupart des autres villes algériennes, la bourgeoisie locale ayant participé à l’évolution urbaine de cette période. La proportion des Européens est toujours restée relativement faible par rapport aux autres villes algériennes de même taille53. De toutes les villes de l’Ouest oranais, Tlemcen est celle qui a été la moins pénétrée par l’immigration espagnole ; la limite de cet exode ibérique du milieu du xixe siècle semble avoir été la région d’El Malah (Rio Salado), Sidi Bel Abbès et Béni Saf54. Au début du xxe siècle, les premiers nadis se sont formés : le cercle kouloughli « jeunes algériens » en 1910 et le cercle hadri « Nadi Islami » en 1912, les deux seront débordés à la génération suivante par le cercle « Nadi Sa’ada »55.

La colonisation française a provoqué la disparation des deux-tiers de la ville intra-muros56 ainsi que la destruction de certains monuments dans le cadre d’« aménagements »57,5,56 :

Palais El Mechouar en 1836

  • le palais El Mechouar, aménagé en poste militaire;
  • la porte Bab El Key’yis, édifice monumental encadré par deux tours carrées avec une troisième de style zianide, circulaire au centre de la terrasse, possédant un double accès intérieur et extérieur à trois arcs avec couleurs ;
  • la medersa Tachfinia, édifiée au xive siècle, détruite durant les années 1870 ;
  • la médersa El Yaqoûbia;
  • le quartier commerciale de la Qissaria remplacée par un marché couvert en 1904 ;
  • la forteresse, symbole de l’époque zianide, qui alignait dix tours carrées ;
  • une ancienne maison mauresque et son jardin remplacée par la caserne Mustapha ;
  • un tiers de la ville remplacé par la caserne Gourmala ;
  • les deux places du foundouk et de la mosquée déstructurées en 1887;
  • la mosquée Sidi al-Hasan ;
  • la mosquée Sidi al-Halawi transformée en musée.

Indépendance[modifier | modifier le code]

Siège de la wilaya de Tlemcen.

Hôtel de ville

La communauté juive, ayant eu son lot d’attentats et d’exactions, quitte Tlemcen en 1962, 8 000 personnes rejoignant Marseille58. L’indépendance de l’Algérie s’accompagne de de la ségrégation ethnique et du départ d’une partie de la population tlemcenienne vers Alger, Oran et Sidi Bel Abbès. Conjointement, un afflux de population d’origine rurale s’est fixé à Tlemcen5.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolutions[modifier | modifier le code]

Population de la ville et de la commune de Tlemcen de 1884 à 1902
Ville seule 1884 1892 1902
23 111 23 110 23 191
Commune 1884 1892 1902
24 117 29 405 35 382
Population 188459 ; population 189260; population 1902

Selon le recensement général de la population et de l’habitat de 2008, la population de la commune de Tlemcen est évaluée à 140 158 habitants contre 96 028 en 1977 :

Évolution démographique
1977 1987 1998 2008
96 028 110 242 132 341 140 158
(Source : recensement)

Pyramide des âges

La pyramide des âges montre, en 2008, une importante population jeune : plus de la moitié de la population de la cité a moins de 30 ans. Cependant, on observe une diminution des naissances à partir de 1988 avant une reprise de natalité sur la période 2004-2008.

Pyramide des âges à Tlemcen en 2008 en pourcentage
Hommes Classe d’âge Femmes
0,62
80 ans et +
0,79
1,65
70 à 79 ans
1,87
2,52
60 à 69 ans
2,71
4,44
50 à 59 ans
4,21
6,39
40 à 49 ans
6,09
7,70
30 à 39 ans
7,56
9,31
20 à 29 ans
9,02
9,12
10 à 19 ans
8,59
8,85
0 à 9 ans
8,57

Éducation

L’université de Tlemcen.

Fidèle à son passé, Tlemcen accueille plusieurs écoles et collèges renommés tels que la medersa Tachfinia aujourd’hui disparue, la médersa Khaldouniya, la médersa d’El-Eubbad, etc.

Tlemcen a été l’une des trois villes de l’Algérie française à abriter un lycée franco-musulman, institution originale qui combine une formation en arabe à un cursus secondaire en français. Il en est sorti de nombreux diplômés qui ont joué un rôle important dans le combat pour l’indépendance, puis dans le jeune État algérien, tels que des ministres, des patrons de sociétés publiques et des directeurs d’administration. Les Tlemcéniens passés par ce lycée et par le collège Slane, une autre institution, ont longtemps occupé les postes-clés en dehors de l’armée et des services de sécurité.

Sur la période 1974-1980, l’enseignement supérieur est assuré au sein d’un centre universitaire qui regroupe à l’origine les seuls troncs communs des sciences exactes et de la biologie ; il s’est graduellement étendu à de nouvelles filières. L’Université Abou Bekr Belkaid est créée par un décret de 1989, modifié et complété par les décrets de 1995 et 1998. Elle se compose de huit facultés réparties autour de pôles principaux, notamment l’Imama et Chetouane.

Culture

Mosquée de Abou Madyane

Tlemcen a toujours été un centre religieux, culturel, intellectuel et architectural important. À l’époque islamique, elle est l’une des cités du Maghreb les plus propice à la création et à l’épanouissement intellectuel et son influence sera grande dans tout l’Occident musulman. Située au carrefour des routes qui mènent du Maroc à l’Algérie et de la mer Méditerranée au Sahara, Tlemcen joue un rôle culturel et commercial important.

Elle a maintenu les coutumes, les fêtes religieuses et, en général, toutes les cérémonies publiques et privées dans leur cadre ancien. Ainsi, Yennayer, la fête du jour de l’an berbère héritée de l’époque berbère pré-islamique, est toujours célébrée à Tlemcen.

La scène culturelle est animée par ses bibliothèques, ses centres culturels, son musée, ses théâtres et ses associations. La cité accueille en 2011 l’événement « Tlemcen, capitale de la culture islamique ».

Palais El-Mechouar

Les échanges intellectuels avec Béjaïa sont aussi très importants, en théologie comme en musique, les deux villes ont toujours gardé un lien d’échanges que l’on constate dans les chansons de style arabo-andalou de Cheikh Sadek El Béjaoui. Ces deux grandes villes de la période islamique ont joué un rôle important dans l’instruction et l’enseignement des personnes du haut rang intellectuel tels que Sidi Boumediene, Yahia et Abderrahmane Ibn Khaldoun, etc. Au xie siècle et au xiiie siècle, les Tlemcéniens se sont rendus à Béjaïa, au xive siècle et au xve siècle c’était le tour des Bougiotes afin de créer cette symbiose qui était un temps une tradition scientifique du Maghreb67.

Musique

Article détaillé : Musique algérienne.

Orchestre de musique andalouse de Tlemcen

Le duo Rachid et Fethi formé en 1970 par Rachid Baba Ahmed et son frère Fethi, les deux icônes de Tlemcen natifs dans la même ville.

Tlemcen est un centre important de la musique arabo-andalouse au Maghreb : de nombreux artistes de ce genre musical sont originaires de cette cité. Cette musique est étroitement associée à la vie tlemcèniene depuis la légende de Ziriab et de son luthd’argent38. Du fait de son ancien statut de jumelle arabe de Grenade34, elle a su préserver et développer la forme musicale arabo-andalouse de style gharnati68.

Tlemcen est également le berceau du houzi, un autre genre musical qui découle de la musique andalouse dont le musicien-poète du xviie siècle, Ben Messaîb, est un représentant. Le Festival national de musique hawzi est ainsi organisé à Tlemcen.

L’allaoui, une autre des musiques de Tlemcen et de sa région (Nedroma, Maghnia, Ghazaouet, Sebdou, MSirda Fouaga, etc.). était jouée et dansée par les guerriers berbères.

Musées[modifier | modifier le code]

Musée des rites musulmans.

Le musée de Tlemcen est situé dans l’ancienne Médersa de Tlemcen inaugurée en 1905 et dont l’architecture a été inspirée de l’art musulman. Il comporte des collections d’archéologie musulmane, d’antiquités constituées essentiellement de pierres tombales romaines de Pomaria (Tlemcen), Altava (Ouled Mimoun) et Numerus Sirurum (Maghnia) et d’objets préhistoriques provenant principalement de la région mais aussi de certaines villes du sud du pays comme Tindouf et Adrar. Le musée a connu une extension dans le cadre de la manifestation culturelle « Tlemcen 2011, capitale de la culture islamique »69.

Le musée national d’art et d’histoire de Tlemcen, inauguré en 2009, a été aménagé dans l’ancienne mairie de Tlemcen située au centre-ville et qui a été entièrement restaurée. D’une superficie de 2 000 m2, il est doté de plusieurs salles d’exposition et de deux laboratoires. Il est consacré à la présentation des arts de la civilisation islamique, de certaines dynasties qui se sont succédé au Maghreb, telles que les Zianides et les Almohades70.

Le musée Moudjahid a ouvert ses portes en janvier 2011. Construit dans le style hispano-mauresque, il est géré par le ministère des Moudjahidines. Consacré à la wilaya V (Oranie) pendant la guerre d’Algérie, il présente divers documents historiques concernant la lutte pour l’indépendance nationale, dont une collection de photos des « martyrs de la Révolution » dans la région de Tlemcen mais aussi des documents sur la résistance populaire et la lutte nationale pendant toute la période coloniale71.

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des sites et monuments classés de la wilaya de Tlemcen.

Plusieurs de ses monuments font référence en matière d’architecture hispano-mauresque3.

La Grande Mosquée de Tlemcen, datant de 1136, est le dernier vestige d’architecture almoravide en Algérie avec la Grande Mosquée de Nedroma et la Grande Mosquée d’Alger. L’ornementation du mihrab rappelle celle de la Grande Mosquée de Cordoue. La salle de prière de la mosquée, construite vers 1082, reçoit en 1136 des embellissements révélant l’influence andalouse.

La mosquée Sidi Boumediene, située dans la médina d’El Eubbad, un piton rocheux dominant la plaine de Tlemcen, est édifiée par le sultan mérinide Aboul Hassan appelé « Sultan Noir » au xive siècle. Elle fait partie d’un complexe qui comprend également une médersa jouxtant la koubba où est inhumé Abou Madyane. Elles font de ce site l’un des sanctuaires de l’art hispano-mauresque. La mosquée de Sidi Bellahsen, un petit sanctuaire édifié par le sultan abdelwadide Othman en 1296, abrite le musée de la ville.

Du palais El Mechouar des souverains abdelwadides ne reste que le mur d’enceinte en raison des aménagements successifs depuis sa construction au Moyen Âge. De même, de la ville mérinide du xive siècle, la Mansourah, située dans les faubourgs occidentaux de la ville, il ne reste que des pans de murailles rosés courant au milieu des oliveraies et un minaret dressé dans la campagne.

Parmi les trente portes historiques de le médina, les seuls vestiges qui subsistent sont ceux de Bab el-Hdid (Porte du fer) au sud, Bab el-Khemis (Porte de l’armée) à l’ouest et Bab el-Qarmadine (Porte des tuiliers) au nord ; cette dernière a été le théâtre d’une tentative de meurtre contre Yaghmoracen par le chef de sa garde chrétienne72,73.

Le tombeau de la Sultane, appelé ainsi parce qu’on y a retrouvé l’épitaphe d’une princesse (descendante de Yaghmoracen) morte en 1412 et celle d’une femme de sang royal, est une kouba construite en briques sur un plan octogonal73. Le hammam al-Sabaghîn (Hammam des teinturiers) est un bain de type arabe avec des caractéristiques hispano-mauresques74.

Littérature[modifier | modifier le code]

Le roman La Grande Maison de Mohammed Dib retrace la vie quotidienne des musulmans de Tlemcen dans l’Algérie de 1939. L’histoire se déroule dans une maison collective où s’entassent plusieurs familles et dont le héros est un petit garçon d’une dizaine d’années. Le roman a été adapté à la télévision algérienne sous forme de feuilletons.

« Tlemcen 2011, capitale de la culture islamique »[modifier | modifier le code]

Logo « Tlemcen 2011, capitale de la culture islamique »

Le président de la république Abdelaziz Bouteflika accompagné du ministre de la culture : Khalida Toumilors de la manifestation culturelle.

Tlemcen a obtenu en 2011 le statut de capitale de la culture islamique pour la région arabe aux côtés de Nouakchott. Cette manifestation s’accompagne par plusieurs opérations, telles que la restauration de tous les sites et monuments historiques classés au patrimoine national, notamment les mosquées, le palais El Mechouar et le complexe religieux de Sidi Boumediene, et l’initiation d’un plan de restauration et de préservation pour la vieille médina.

En outre, il était prévu la réalisation de quatre musées consacrés à l’art et à l’histoire, à la numismatique, aux manuscrits et aux arts traditionnels, d’un musée des cultures populaires à Beni Snous et d’un centre d’études andalouses75.

Cette manifestation culturelle est marquée par plusieurs festivals et des semaines culturelles des pays islamiques, que présentent les 49 États membres de l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture. À cela s’ajoutent des semaines culturelles des 48 wilayas du pays qui sont axées sur le patrimoine islamique ainsi que sur les arts du récit et de la parole dans chaque wilaya76.

Une dizaine d’expositions sont aussi organisées sur des thèmes tels que les relations historiques entre Tlemcen et l’Andalousie, l’échange Béjaïa-Tlemcen, Bachir Yellès, etc. Cette manifestation est aussi l’occasion de doter la ville et sa région d’infrastructures culturelles et de faire rayonner l’image de l’Algérie, de son histoire et de son peuple76.

Économie[modifier | modifier le code]

Après l’indépendance, les relations de Tlemcen avec Oran se sont renforcées dans le domaine des échanges de biens. Mais la ville n’était pas avantagée par la politique économique algérienne, même si l’intégration à l’économie nationale s’est renforcée. Tlemcen a su organisé autour de sa wilaya un réseau qui s’appuie sur un ensemble de villes : Sebdou, Remchi, Nedroma et Maghnia ; il a permis le développement des activités industrielles et commerciales de la ville et le drainage des revenus agricoles à son profit53.

Depuis les années 2000, la ville connaît un boom immobilier et réalise de grands travaux. Cependant, elle souffre toujours du chômage et du marché noir9.

Artisanat[modifier | modifier le code]

Costume traditionnel masculin de Tlemcen

Article général Pour un article plus général, voir Artisanat algérien.

Tlemcen est une vieille ville artisanale. La fabrication du tapis, qui était considérée comme l’un des métiers artisanaux les plus réputés, a constitué durant les années 1960 et 1970 un véritable moteur de la tapisserie locale : Tlemcen exportait des milliers de tapis vers des pays étrangers, notamment vers la France et l’Allemagne. Le secteur a cependant vécu une régression sensible au cours des décennies suivantes, due essentiellement à la cherté des matières premières et des contraintes de commercialisation, notamment vers l’étranger77.

Tlemcen est aussi réputée par la confection des habits traditionnels féminins. Chaque quartier est connu pour sa spécialité, le métier prédominant ayant donné son appellation aux quartiers et ruelles qu’il occupe77. Ces métiers ont connu une régression même si, depuis les années 2000, l’État encourage la formation professionnelle dans ce domaine par l’ouverture de plusieurs branches et spécialités artisanales et la mise en place de mécanismes pour promouvoir la création de micro-entreprises77.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plateau de Lalla Setti

La wilaya de Tlemcen compte 45 sites naturels et historiques classé par le ministère de la culture algérien, vingt sites et monuments sont situés à la commune78: Honaïne, les mosquées almoravides de Tlemcen et Nedroma, Abou Madyane, la médersa d’El-Eubbad, la mosquée de Sidi Bellahsen, la mosquée de Sidi Halloui, le palais El Mechouar, les villages de Tlata et Zahra, la mosquée de Beni Snous, les ruines de Mansourah, le sanctuaire du Rabb, les grottes de Aïn Fezza, Bab El Qarmadin, le minaret d’Agadir, le plateau de Lalla Setti, etc.

Parmi les sites touristiques, il est possible de citer :

  • le plateau de Lalla Setti : plateau équipé d’aires de jeux et de détente qui domine la ville et offre un panorama sur la cité et ses alentours ;
  • le tombeau du rabbin Ephraim Encaoua : lieu de pèlerinage pour la communauté juive de Tlemcen ;
  • les cascades : lieu de promenade et de baignade pour les Tlemcéniens avec « Le Gouffre » (El Ourit), nom de l’oued Mefrouch lors de sa chute en bassins successifs vers l’oued Safsaf ;
  • les grottes de Aïn Fezza : trois salles souterraines garnies de stalactites et stalagmites.

À l’hiver très froid, neigeux en raison de l’altitude (plus de 800 m) mais ensoleillé, succède un printemps précoce qui fait éclore dès le mois de février, les fleurs de cerisiers et de pêchers. Dans ce contexte, la célèbre Fête des cerises attire à Tlemcen des dizaines de milliers de visiteurs[réf. nécessaire].

Cascade d´el ourit Tlemcen

La région d´el ourit Tlemcen

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Stade Akid Lotfi

Le complexe sportif Akid Lotfi, situé à Birouana et d’une capacité de 25 000 places, est l’infrastructure sportive la plus importante de la wilaya de Tlemcen. Le complexe a bénéficié de travaux d’aménagement entre 2003 et 200879.

Le Widad Amel Tlemcen, domicilié au complexe sportif, est le club de football de la ville ; il évolue en Ligue 1 professionnelle. Le basket-ball connaît un regain d’activité dans la ville grâce à la création en 2003 d’une section au sein de l’association du complexe sportif qui vise à revivre les performances du Club sportif de Tlemcen actif durant les années 197080.

Le secteur sportif s’est par ailleurs renforcé par la réalisation en 2010 d’un stade d’athlétisme sur les hauteurs de la ville, au plateau de Lalla Setti. Cette infrastructure est destinée à la préparation d’athlètes professionnels ainsi qu’à la vulgarisation de la pratique de plusieurs disciplines liées à l’athlétisme81.

La ville se dote aussi d’un aéro-club en 1974. Relancé en 1999, il forme du personnel navigant et non navigant pour les sports aériens82.

Santé[modifier | modifier le code]

Tlemcen dispose d’une dizaine de cliniques et d’un centre hospitalo-universitaire (CHU) réalisé dans les années 1950 et dont la capacité d’accueil de 800 lits. Un nouveau CHU de 400 lits sera réalisé dans la commune de Chetouane83.

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Le grand bassin.

Le parc national de Tlemcen crée en 1993, est l’un des parcs les plus récents d’Algérie. Il s’étend sur sept communes, principalement : Tlemcen, Mansourah et Aïn Fezza. Il protège d’importants vestiges archéologiques, des sites historiques et des monuments de grande valeur de la région de Tlemcen, à l’instar du complexe religieux d’El Eubbad, composé de la mosquée de Sidi- Boumediene et de son mausolée, de Dar Soltane, des ruines de Mansourah. Le parc de Tlemcen recèle aussi d’autres sites naturels : les cascades d’El Ourit, les grottes de Beni Add (commune de Ain Fezza), les forêts d’Ifri, Zariffet et Aïn Fezza. Le parc comporte des zones humides qui accueillent, à chaque saison, des milliers d’oiseaux migrateurs. Le parc compte aussi plusieurs espèces rares ou en voie de disparition dont l’aigle royal, la genette, la belette, le porcs-épics et le caméléon84. Le parc représente une perspective d’extension potentielle qui consiste à l’intégration de nouveaux sites naturels et touristiques dans “le patrimoine du Parc national” 85.

Le plateau de Lalla Setti situé à plus de 1 000 mètres d’altitude, surplombe la ville de Tlemcen. Ce site naturel a été aménagé pour devenir une destination touristique très fréquenté par les Tlemcéniens. Le plateau s’est transformé en un vaste espace de villégiature pour les familles et les touristes nationaux, il s’est doté de diverses infrastructures de divertissement. La mise en fonction d’un téléphérique moderne a rendu le site plus accessible86. Dans le parc, une koubba, qui abrite les restes de Lalla Setti (une héroïne du grand siège de Tlemcen) est un mausolée très visité par les femmes. Selon une croyance locale, les femmes stériles déposent leurs ceintures dans l’espoir d’avoir des enfants87. Le site comporte aussi la forêt du Petit perdreau, fréquentée par les randonneurs.

La ville est dotée de plusieurs jardins dont ceux de sa banlieue situés entre les collines d’El-Kalaâ et El-Eubbad, Le jardin expérimental d’El-Hartoun, semblable en dimension réduite, à celui d’El-Hamma (Alger) et le jardin du grand bassin, connu sous le nom de “Sahridj M’beda”, dont les contours en profondeur furent édifiés au xive siècle par le roi zianide Abû Tâshfîn88.

Les mariages à Tlemcen[modifier | modifier le code]

Larbi Bensari animant une soirée musicale à Tlemcen selon une miniature de Bachir Yellès

À Tlemcen, les anciens attachaient beaucoup d’importance au lien unissant deux familles à l’occasion d’un mariage. S’il durait quatorze jours dans le passé, soit sept jours de préparatifs et sept jours pour les cérémonies de mariage89,90, il ne dure plus que trois jours.

Le premier est consacré à la soirée des fiançailles, cérémonie qui officialise l’union à travers la bague et la hana (corbeille remplie de friandises disposées sur des feuilles de henné). Le second s’articule autour de la cérémonie de mariage elle-même. Les amis et la famille du mari forment un cortège pour amener la mariée et la « sortir » de chez elle ; ce cortège se fait à dos de cheval, généralement blanc pour le marié qui porte un burnous de la même couleur, tandis que la mariée est habillé d’une chedda, enveloppé d’un haïk, symbole de pudeur et de noblesse. La fête du mariage se déroule dans la soirée, avec un dîner et différents gâteaux traditionnels préparés pour l’occasion et accompagnés du son de la musique andalouse et du houzi jouée par un orchestre. Le troisième jour, au lendemain du mariage, un déjeuner est préparé en honneur de la belle-famille.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des villes jumelées d’Algérie.
La ville de Tlemcen est jumelée avec plusieurs villes :

  • Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Sarajevo (Bosnie-Herzégovine) depuis 196491
  • Drapeau de la Tunisie Kairouan (Tunisie) depuis le 
  • Drapeau de l'Espagne Grenade (Espagne) depuis le 
  • Drapeau du Maroc Fès (Maroc) depuis le 
  • Drapeau de la France Nanterre (France) depuis 198992
  • Drapeau de la France Montpellier (France) depuis le 
  • Drapeau de la Russie Kazan (Russie) depuis le 
  • Drapeau de la Turquie Bursa (Turquie) depuis le 
  • Drapeau de la France Lille (France) depuis 201393

Personnalités liées à Tlemcen[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Tlemcen.
Personnalités scientifiques
  • Al Maqqari (1591-1632), historien
  • Abdelhamid Benachenhou (1907-1976), historien
  • Paul Bénichou (1908-2001), historien littéraire français
  • Abdelmadjid Meziane (1929-2001), savant et théologien
  • Louis Abadie (°1937), y est né, chercheur en histoire, auteur de plusieurs ouvrages sur l’Oranie et Tlemcen94.
  • Neceraddine Kazi-Tani (°1944), Professeur, Senior scientifique, géophysicien95.
Hommes de Cultes
  • Sidi El Hadj Mohammed Ben Yelles, (1847-1927), homme de culte
Personnalités littéraires, culturelles et artistiques

Francis Aracil (°1948), artiste peintre et écrivain français

  • Eugénie Buffet (1866-1934), chanteuse française de music-hall et de variétés
  • Larbi Bensari (1867-1964), maître de la musique andalouse et du hawzi tlemcénien
  • Redouane bensari chantre de tlemcen
  • Henri Dickson (1872-1938), chanteur français
  • Cheikha Tetma (1891-1962), maître de la musique arabo-andalouse
  • Abdelhalim Hemche (1906-1979), artiste peintre
  • Abdelkrim Dali (1914-1978), musicien et maître du hawzi
  • Mohammed Dib (1920-2003), écrivain et romancier
  • Dib Ghouti (1929-2010) homme de lettres professeur d’université et écrivain
  • Bachir Yellès (°1921), artiste peintre
  • Kamel Malti, musicologue, y est né en 192996.
  • Choukri Mesli (°1931), artiste peintre
  • Djilali Sari (°1928), sociologue et historien
  • Marie-Claude Gay (°1942), romancière française
  • Kadour Naimi (1945 – ), dramaturge, cinéaste et écrivain effectua ses études au lycée Dr Benzerjeb
  • Rachid Baba Ahmed (1946-1995), chanteur, musicien, compositeur, éditeur et fondateur du duo Rachid et Fethi.
  • Latifa Ben Mansour (°1950), écrivaine
  • Omar Dib (1940-2011), historien, journaliste
  • Patrick Bruel (°1959), acteur et chanteur français
  • Zaki Allal (°1987)  médecin, artiste et entrepreneur
Personnalités sportives
  • Mohamed Zaoui (°1960), Boxeur, médaillé de Bronze au J.O de Los Angeles, 1984.
  • Kherris Kheireddine (°1973), footballeur international, vice entraineur du WA Tlemcen
  • Anwar Boudjakdji (°1976), footballeur international
  • Kamel Habri (°1976), footballeur international.
  • Dahlab Ali (°1976), footballeur international.
  • Mezair Hichem (°1978), gardien de buts international.
  • Brahimi Mohamed (°1970), footballeur international.
  • Bettaj Tarek (°1968), footballeur international
  • Kerzazi Abdelghani (°1957) Champion de France de Boxe anglaise 1976 et 1977.
Personnalités politiques
  • Messali Hadj (1898-1974), homme politique, figure du nationalisme et de l’indépendance algérienne
  • Hocine Benachenhou (1898-1979), révolutionnaire et homme politique algérien
  • Benaouda Benzerdjeb (1921-1956), médecin et martyr de la guerre d’Algérie
  • Maliha Hamidou (1942-1959), lycéenne et martyre de la guerre d’Algérie
  • Benali Boudghène dit colonel Lotfi, chef de la Wilaya V et martyr de la Guerre d’Algérie
  • Mourad Medelci (°1943), homme politique algérien
  • Abdellatif Benachenhou (°1943), universitaire et homme politique.
  • Gérard Gouzes, (°1943), avocat et homme politique français97
  • Sami Naïr (°1946), universitaire et homme politique
  • Sidi-Mohammed Benmansour (°1938-1998), Militant révolutionnaire pour la cause algérienne et palestinienne, haut dirigeant, député de la nation.
Autres personnalités
  • David Charbit, (1860-1925), homme d’affaires
  • Emile Malet (°1947), journaliste et écrivain français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *